ours-idefisc

Idefisc — Actualités fiscales

Editorial : Etat Policier

L'échec cuisant du "snelrecht" n'empêche pas le Ministre de la justice de continuer dans son entreprise systématique d'atteinte aux droits de la défense. Un projet de loi permettant aux services policiers de recourir à des "techniques spéciales", en clair à commettre des actes qui, s'ils étaient commis par n'importe qui d'autre, seraient des infractions pénales dans le cadre de ces investigations, est sur le point d'être déposé au Parlement, sans avoir le moindre égard, comme c'est malheureusement souvent le cas - aux importantes critiques du conseil d'Etat.

En outre, le ministre tient absolument à faire voter une loi sur les "repentis". En pratique, ce texte devrait permettre de promettre à des personnes coupables d'infractions, d'échapper, en tout ou en partie, à une condamnation, et même de bénéficier de la protection de la police, pour autant qu'elles mettent en cause d'autres personnes.

L'inefficacité du système a été démontrée en Italie où il a abouti, notamment, à condamner, ou du moins à poursuivre des innocents mis en cause par des coupables, par esprit de revanche, et par souci d'obtenir la clémence, ou encore simplement parce que de telles accusations arrangent bien certains services de police… Il ne faut pourtant pas s'étonner du fait que des accusations portées par des truands patentés contre d'autres personnes, ont peu de chance d'être crédibles, surtout, si elles ne sont formulées qu'en échange d'avantages procurés par la justice.

Ce projet s'inscrit dans un contexte général visant à favoriser de toutes les manières possibles la délation, quand on ne la rend pas obligatoire comme en matière de blanchiment.

Il est pour le moins choquant que quelqu'un qui a commis des infractions graves puisse échapper à son châtiment, simplement parce qu'il se livre à des dénonciations, qui logiquement justifieraient moralement encore davantage d'opprobre.

Si un tel texte était voté, il aboutirait d'un seul coup à deux résultats : libérer les coupables parce qu'ils dénoncent et condamner des innocents parce qu'ils ont été dénoncés. Belle justice.

Thierry AFSCHRIFT

Auteur : Thierry Afschrift

ours-idefisc
Idefisc — Actualités Fiscales
©2003-2019 Idefisc & Words and Wires W3validator