ours-idefisc

Idefisc — Actualités fiscales

Editorial : Et encore des impôts !

La Belgique, qui est en permanence depuis plusieurs années un des trois pays les plus taxés au monde, a un gouvernement qui, pour la troisième fois en un an, croit résoudre les effets de la crise en … augmentant les impôts !

A nouveau, ce sont les entreprises et les épargnants qui seront les principales victimes des mesures gouvernementales.

Les entreprises subiront un nouveau coût de rabot des intérêts notionnels et une taxe absurde de 0,4 % sur les plus-values sur actions. Sans doute le système des intérêts notionnels est-il loin d’être idéal et il aurait beaucoup mieux valu, lorsqu’ils ont été instaurés, que l’on réduise de manière linéaire le taux de l’impôt des sociétés, comme l’ont fait la plupart des autres pays européens. La conséquence est aujourd’hui que la Belgique a le taux d’impôt des sociétés le plus élevé de toute l’Europe, et qu’en outre les intérêts notionnels sont de moins en moins attrayants.

Quant aux épargnants, le taux d’impôt de la quasi-totalité de leurs revenus passera à 25 %, soit un taux supérieur à celui de plus de la moitié des pays de l’Union Européenne. Il est donc faux de dire que la Belgique est un paradis fiscal pour les revenus mobiliers. Il faut d’ailleurs s’interroger sur la pertinence de l’argument consistant à comparer le taux du précompte mobilier, désormais de 25 %, à celui certes beaucoup plus élevé frappant les revenus professionnels. C’est là oublier que la quasi-totalité des revenus du patrimoine sont actuellement purement fictifs. Rares sont les épargnants dont le revenu atteint le taux de l’inflation, actuellement de 2,5 %. Celui qui perçoit des intérêts de 2 % perd donc de l’argent chaque année, mais est néanmoins taxable sur un revenu, qui est purement nominal.

C’est en réalité au patrimoine lui-même que les politiques publiques, de répression financière (par l’inflation) et de répression fiscale (par l’impôt) porte atteinte.

Auteur : Thierry Afschrift

ours-idefisc
Idefisc — Actualités Fiscales
©2003-2019 Idefisc & Words and Wires W3validator