ours-idefisc

Idefisc — Actualités fiscales

Editorial : En finir avec les réformes fiscales «  neutres  »

Nous avons déjà souligné combien la réforme de l’impôt des sociétés était décevante. Son principe est de réduire, sans doute insuffisamment, le taux de l’impôt des sociétés, mais elle ne réduit en réalité pas le montant de celui-ci, parce que la diminution du taux s’accompagne de mesures « compensatoires », qui rendent la réforme « neutre budgétairement ». En d’autres termes, l’ensemble des sociétés paieront toujours autant d’impôts, c’est-à-dire trop. Certaines paieront moins, tandis que d’autres paieront encore plus.

La presse a récemment annoncé l’intention du ministre des finances de « réduire encore » l’impôt des personnes physiques. Bien sûr c’est pour après 2019, c’est-à-dire à un moment où ce gouvernement ne sera plus en fonction. Mais surtout, l’information, telle qu’elle est donnée, est doublement erronée.

D’abord, l’impôt des personnes physiques n’a pas diminué sous la législature actuelle, et il est donc inexact d’affirmer qu’on va « encore » le diminuer. Les recettes en cette matière n’ont cessé d’augmenter, et le « tax shift » a, quant à lui, été neutre budgétairement. Les modestes réductions de taxes qu’il comporte ont été compensées par l’augmentation d’autres prélèvements.

Enfin, les intentions du ministre pour après 2019 sont encore de réduire la taxation sur certains revenus, tout en compensant la mesure, entièrement ou partiellement, de manière à aboutir à un résultat neutre budgétairement.

Il s’agit là de gesticulations inutiles. Le problème en Belgique n’est pas de taxer un peu plus ou en peu moins certains types de revenus et de transférer les charges excessives des uns sur les autres. Il faudrait enfin comprendre que l’on ne peut indéfiniment demeurer l’un des pays les plus taxés au monde et en tirer les conséquences. L’Etat prend ici une place excessive, et il faut la réduire, en commençant par diminuer les dépenses.

Auteur : Thierry Afschrift

ours-idefisc
Idefisc — Actualités Fiscales
©2003-2019 Idefisc & Words and Wires W3validator